B comme Branches qui partent, Branche qui reste

En cet été 1849, la famille Lombard se prépare à abandonner la Franche-Comté et les limites connues de son univers familier pour basculer de l’autre côté de la terre.

Nous avons vu hier que cette branche de ma famille est celle du père de ma grand-mère paternelle. Elle est protestante, dans un pays où c’est une tradition bien ancrée puisque le luthéranisme a longtemps été religion d’État dans la principauté de Montbéliard, jusqu’à son annexion à la France au moment de la Révolution.

Elle vit sur un territoire restreint autour de Beaucourt, qui est le fief de la dynastie Japy. Tout commence à la fin du XVIIIe siècle avec une petite fabrique d’horlogerie puis l’entreprise se développe et se diversifie vers la serrurerie, la visserie et, plus tardivement, vers les pompes, les moteurs, les machines agricoles ainsi que les articles ménagers en fer battu, étamé et émaillé.

Après la fondation de la fabrique principale à Beaucourt en 1777, les Japy implantent au fil du temps des usines dans plusieurs villages des alentours. Au plus fort de son succès, vers 1870, l’entreprise Japy sera l’une des plus importantes de France avec près de 5 500 ouvriers.

Les villages de mes ancêtres francs-comtois sur la carte de la Principauté de Montbéliard de 1750Source : Gallica

Pendant tout le XIXe siècle, mes gens travaillent pour Japy comme horlogères et horlogers, comme ouvrières et ouvriers sur métaux. Et l’entreprise est présente dans leur vie bien au-delà du salaire qu’elle leur assure. Car Frédéric Japy, le fondateur, réforme profondément les habitudes de production en remplaçant les artisans travaillant à domicile par des ouvriers réunis au sein de la fabrique ; mais il est aussi un des pionniers du paternalisme industriel qui s’impose comme un nouveau modèle social du capitalisme.

À son époque, les ouvriers sont logés, nourris, blanchis à la fabrique qui constitue une sorte de familistère. Il préside aux repas de ses ouvriers dans la cantine aménagée à la Pendulerie pendant que les femmes mangent à la table de son épouse. Après le repas du soir, il leur sert des lectures édifiantes qui se transforment, le dimanche soir, en passages de la bible.

Lorsque ses trois fils reprennent les affaires, ils substituent à cette vie communautaire une véritable stratégie sociale. Ils prennent à leur charge l’équipement de l’école et le salaire de son régent, organisent un service médical avec une pharmacie et un médecin installé à demeure. Mais un axe essentiel de leur gestion paternaliste de l’entreprise est le développement d’une véritable politique du logement pour leurs ouvriers.

La fabrique Japy à Beaucourt en 1823 – Source : Gallica

Cette vision globale de l’entreprise s’accompagne d’une volonté de contrôle de la ville : pendant plus d’un siècle, la population beaucourtoise passe devant un maire Japy à sa naissance, à son mariage et à sa mort. L’objectif de cette mainmise sur la vie municipale est évidemment que le développement local, qu’elle finance largement, serve les intérêts de l’entreprise.

Voilà l’environnement que vont quitter mes émigrants. Ce départ pour l’Amérique est un véritable projet collectif qui regroupe trois générations, de la fillette de deux ans à son grand-père de soixante-quatre ans. Mais tout le monde ne se joint pas au convoi et la seule qui reste a une importance capitale dans ma généalogie puisqu’elle est mon ancêtre, Catherine Lombard.

Avant de suivre la petite troupe dans son aventure, faisons un point sur les voyageurs qui partent, sur celui qui est parti depuis longtemps, sur celle qui ne partira pas.

Les sept voyageurs qui montent sur le bateau en septembre 1849

Jean Baptiste, le patriarche

Jean Baptiste est mon ancêtre à la septième génération, au moment du départ il a soixante-quatre ans. On peut penser que sa vie est derrière lui mais il s’offre une dernière aventure en suivant ses enfants. Ou peut-être a-t-il été l’initiateur de ce projet, après tout… Car il est bien difficile de savoir comment prennent corps les rêves de nos ancêtres.

J’évoquerai son parcours plus en détail quand nous en serons au J comme Jean Baptiste… mais je peux déjà vous dire qu’il a eu deux épouses, Charlotte Perret puis Catherine Sircoulomb, et qu’il se retrouve tout récemment veuf de la seconde. Elles lui ont donné huit enfants, dont quatre parviennent à l’âge adulte.

Catherine, celle qui reste

L’aînée du premier lit est mon ancêtre, Catherine. En 1849, elle a trente-huit ans et elle a épousé Joseph Krumm quinze ans auparavant. Ils ont quatre enfants de sept à quinze ans qui, au fur et à mesure qu’ils grandiront, travailleront comme leurs parents dans l’horlogerie, à Beaucourt.

Joseph vient de perdre son père au début de l’année et sa mère était morte depuis longtemps déjà. Catherine non plus n’est pas retenue par des parents dont il faudrait se soucier, puisque Jean Baptiste part pour l’Amérique. Cependant, soit qu’il est bien implanté dans son environnement, soit qu’il n’a pas l’esprit aventurier, le couple reste avec ses enfants à Beaucourt où se trouve la principale fabrique de Japy.

Beaucourt, où ils se sont mariés, où sont nés leurs quatre enfants, où ils mourront tous les deux. Le regret les a-t-il parfois effleurés lorsqu’ils recevaient les lettres d’Amérique ?

Georges Frédéric Ier, le précurseur

Georges Frédéric est né deux ans après Catherine, en 1809. Lui non plus ne montera pas sur le bateau avec le reste de la famille Lombard… mais pour une bonne raison : ça fait déjà une vingtaine d’années qu’il est parti tenter sa chance au Nouveau Monde ! Mystérieux Georges Frédéric, premier du nom, dont je n’avais aucune trace après sa naissance et que j’ai longtemps cru mort en bas âge..

Il aura également droit à son coup de projecteur dans quelques jours. Nous retrouverons bientôt Georges l’aventurier de l’autre côté de l’Atlantique, avec femme et enfants. Il nous entraînera de la Pennsylvanie à la Louisiane et finalement jusqu’au Mexique.

Georges Frédéric IInd… et Annette, et Émilie, et Émile, et Louisa

Ce Georges Frédéric-là naît sept ans après son grand frère et hérite des mêmes prénoms que lui. À vingt-deux ans, il épouse Anne Bouteiller, de trois ans sa cadette, comme lui ouvrière sur métaux. Émilie voit le jour cinq mois après la noce, puis Émile en 1843, puis Louisa en 1847.

Juste après le mariage, le couple part comme Jean Baptiste s’installer à Seloncourt, le village voisin distant d’à peine sept kilomètres. Frédéric Japy vient d’y racheter, au hameau de Berne, une fabrique qu’il a aussitôt reconvertie dans l’horlogerie.

Beaucourt et Seloncourt sur la carte de Regniez – Source : Gallica

C’est toujours à Berne qu’on les trouve, à l’été 1849, au moment de se mettre en mouvement vers l’Amérique avec leur trois enfants qui ont désormais deux, cinq et dix ans.

Émélie

Émélie est la seule enfant survivante du couple formé par Jean Baptiste Lombard et Catherine Sircoulomb ; elle arrive deux ans après le décès d’un petit frère qui n’a vécu que vingt-deux mois. Elle sera aussi leur dernière née puisque sa maman a déjà quarante-et-un ans lorsqu’elle vient au monde.

Quand arrive le temps de partir, elle a vingt-quatre ans et est encore célibataire. Elle ne le sait pas encore, mais elle ne le restera que très peu de temps après avoir posé le pied sur les quais de la Nouvelle-Orléans.

Voilà donc notre groupe de voyageurs au grand complet : Jean Baptiste, sa fille cadette Émélie et son fils Georges Frédéric avec sa femme, Anne, et leurs trois enfants. Ce sont donc en tout sept membres de la famille Lombard qui s’apprêtent à laisser derrière eux leur Franche-Comté natale pour s’en aller voguer sur le vaste océan…


Pour aller plus loin :

Étienne MUSTON. Histoire d’un village. Imprimerie Barbier frères à Montbéliard, 1882.

Sur les traces de l’empire Japy. Musée des techniques et cultures comtoises, 2001

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *