N comme… le Nécessaire de Simone

Aujourd’hui à la une

Avec Simone que je n’ai jamais rencontrée, je partage Juliette et Eugène, qui sont ses grands-parents et mes arrière-arrière-grands parents. Mais nous avons également en commun deux petits hasards : les mêmes initiales et le 21 février qui est à la fois le jour de sa mort et celui de ma naissance.

C’est pourquoi je suis particulièrement sensible à son nécessaire, marqueté à nos deux initiales. Mais par-dessus tout, une boîte à couture ne pouvait que toucher au cœur l’amoureuse des travaux d’aiguilles que je suis.

nécessaire

Oh ! Elle n’a rien de précieux, et si elle est impeccablement assemblée en queue-d’aronde, en revanche le décor de marqueterie n’a pas été réalisé par un virtuose ; à tel point que je me demande même s’il n’a pas été ajouté par la suite, plutôt par une main d’amateur. Une attention d’un père à sa fille ?

C’est une boîte sans fioritures mais elle remplit parfaitement son office en étant astucieusement pourvue de compartiments amovibles pour faciliter le rangement des accessoires de couture. Et dans sa simplicité même, elle a accompagné jusqu’à ses derniers jours Simone, qui avait choisi une vie où elle possédait pourtant bien peu.

Le mariage de Raymonde Gellé et de Marcel Lenoir, le 12 mars 1912, à Creil

Simone voit le jour à Melun, en 1913, un an après le mariage de ses parents. Elle vient juste de fêter ses cinq ans quand elle perd sa maman, au tout début de 1919

Marcel, le frère de mon arrière-grand-père Maurice, était le plus fantasque des trois fils Lenoir. Il se raconte qu’ayant décidé de se remarier sans trop tarder, il passa par petites annonces et déclara à la cantonade qu’il épouserait la première à lui répondre. Non seulement il l’annonça… mais il le fit, parait-il. Dois-je vraiment croire sur ce point le récit familial, qui aime parfois à enjoliver ?

Yvonne Hurel et Marcel Lenoir

En tout cas, quelle qu’ait été la méthode, elle fonctionna : Marcel trouva en Yvonne, qu’il épousa après deux ans de veuvage, une femme selon son cœur. Et surtout, elle se révéla être pour la petite Simone une véritable seconde mère. C’est d’ailleurs elle qui allait jouer les intermédiaires par la suite, quand les choses se gâtèrent entre le père et sa fille.

Simone, de sa naissance à sa communion

Car la religion devait être leur point de discorde. Marcel, qui n’avait jamais été porté sur la chose, s’inquiétait de sentir l’inclination de Simone. Ce ne furent au début que de petites bisbilles, avec le père s’entêtant, par exemple, à vouloir faire déjeuner sa fille avant la messe. Mais la vocation de Simone résistait, au point qu’un jour de décembre 1936, elle finit par s’enfuir pour aller trouver refuge chez les Petites Sœurs de l’Assomption.

Cependant Marcel n’entendait pas en rester là. Bouillonnant de colère, il s’en vint aux portes du couvent faire un scandale et exiger qu’on lui rendît sa fille… oubliant qu’elle était largement majeure et tout à fait capable de faire ses choix. La Mère Supérieure se chargea de le lui rappeler énergiquement, Yvonne s’ingénia à rétablir le lien entre son mari et sa belle-fille si bien que finalement, Marcel était présent et apaisé lorsqu’en avril 1939, Simone prononça ses vœux perpétuels.

Simone et Marcel pour la fête des pères, le 20 juin 1965

Elle exerça toute sa vie son métier d’infirmière. D’abord accueillie à Montrouge, elle fut envoyée à Mâcon en avril 1945, dès que les Petites Sœurs y créèrent  leur dispensaire. Mais la plus grande partie de son parcours professionnel eut pour cadre la communauté qui était alors installée à Épinay-sur-Seine

À partir de l’été 1951, elle passa vingt-six ans à sillonner inlassablement les rues à vélo pour aller dispenser ses soins dans le quartier populaire d’Orgemont, qui vivait alors sa transformation de cité-jardin en ensemble de grands immeubles.

La cité d’Orgemont en 1951 et vingt ans après

Puis quand les Petites Sœurs durent quitter Épinay, elle intégra leur communauté de Magny-les-Hameaux, dans les Yvelines, dans le bien nommé domaine de la Solitude de Mérantais. Mais si le cadre était plus champêtre, les Sœurs vivaient tout de même dans le monde et parcouraient toujours, en vélo puis en vélomoteur puis en voiture, les hameaux environnants pour assurer une présence au chevet des malades.

Simone, qui commençait à prendre de l’âge, se consacrait elle au service du réfectoire. C’est à Mérantais qu’à l’automne 1989, elle fêta ses noces d’or. Car oui, je l’ai appris à cette occasion, les religieuses aussi célèbrent leurs noces d’or, et sans même avoir besoin de s’encombrer d’un mari pendant cinquante ans ;-)) Elle passa la journée entourée de sa famille ; je devine sur les photos ses cousines germaines, bien sûr, les filles de Maurice et de Raymond. Mais j’y vois aussi mes parents, dont je ne savais pas qu’ils avaient été de la fête.

Les noces d’or de Simone à Mérantais

Le temps passant et le peu de forces qui lui restaient ne lui permettant plus de vivre sans assistance, elle dû abandonner son cher Mérantais en 1995 pour être accueillie à Songeons, dans l’Oise qui était le berceau de sa famille et où elle quitta la vie le 21 février 2000.

Si je connais si bien les dates qui jalonnent la vie de Simone, c’est bien sûr que j’ai entendu parler d’elle par mes grand-tantes qui restèrent toujours proches de leur cousine germaine et m’ont rapporté certaines anecdotes, comme celle de Marcel la grondant pour qu’elle ne parte pas à la messe le ventre vide. Mais c’est surtout parce qu’après sa mort, on leur a remis, avec sa boîte à couture et quelques papiers personnels, le mot d’accueil retraçant son parcours et qui fut lu en prélude à sa dernière messe.

Voilà qui me permet d’imaginer l’itinéraire de cette autre SL, à la ligne de vie si différente de la mienne, dont je me suis approprié le nécessaire pour en faire aujourd’hui ma boîte à patchwork.

Tout le challenge AZ

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 commentaires sur “N comme… le Nécessaire de Simone”